Index de l'article

Partie 1 (p.1 à p.30)

Traduit par :Noor ul Aine Fahime, Rimla Zahid, Adeeba Aleem

Journal intime

 

 Introduction


Cette année n’a pas été comme les autres et au moment où j’écris ces lignes, les gens du monde entier continuent d’être affligés par l’anxiété et l’incertitude liées à la  COVID-19.

Dans le passé, les bulletins que j’ai rédigés ont été publiés sous le nom de « Contes Personnels », mais à part des incidents personnels, ils ont également enregistré certains événements ou réunions de la Jamaat de façon plus formelle.

Ce journal est toutefois un conte personnel du début à la fin. Il ne se rapporte pas aux instructions données par Hazrat Khalifatul Masih V (aba) à la Jamaat, à travers le monde ou les conseils qu’il a donnés aux Ahmadis concernant la COVID-19. Il s’agit plutôt exclusivement d’interactions personnelles que j’ai eu la chance d’avoir avec Hazour pendant ces dernières semaines et ces derniers mois.

Un virus pas comme les autres

En janvier et février, j'ai présenté des informations quotidiennes à Hazour sur le coronavirus et après avoir vu la réaction et la réponse de Hazour, il était clair pour moi à un stade précoce que ce n'était pas un virus ordinaire. Dès le départ, je pouvais voir à quel point Hazour prenait l'épidémie au sérieux, bien avant qu'elle ne soit une menace mondiale ou une pandémie.

La plupart des Ahmadis connaissent les médicaments homéopathiques prescrits par Hazour pour la COVID-19 lorsqu’une vaste majorité des cas étaient en  Chine ou dans ses pays voisins.

Dans le même ordre d'idées, je me rappelle, qu’en mi-février 2020, alors que le Royaume-Uni était encore très « ouvert » et les restrictions  allaient se mettre en place dans les semaines à venir, j’ai demandé à Hazour si les événements de la Jamaat seraient affectés par le coronavirus.

En réponse, Hazour a déclaré :

 

« Oui, il est probable qu'ils le seront. Le Peace Symposium est prévu pour la fin du mois de Mars mais je ne pense pas qu'il sera possible de le tenir. »

 

Par la suite, Hazour a demandé :

 

« Que pensez-vous si on maintenait le Peace Symposium ? »

 

Sur ce, j'ai très humblement soumis :

« Hazour, j'ai aussi pensé que cela pourrait être difficile, étant donné que les invités viennent de tout  le  Royaume-Uni et de l'étranger. Il est également possible qu’il y ait des restrictions gouvernementales sur les grands rassemblements d'ici là. »

En entendant cela, Hazour a déclaré :

 

« Oui, nous ne saurons pas où les invités ont voyagé récemment ou avec qui ils ont été en contact et il y a donc un risque évident. »

 

À la lumière de cette conversation, je n'ai pas été surpris, car quelques jours plus tard, le Peace Symposium a été annulé sur  instruction de Hazour, même si, à cette époque, les rassemblements de masse se poursuivaient au Royaume-Uni.

Magazine - Other articles